Compagnie d'Archers de Muret 

Technique

Aide-Mémoire Organisation Compétition

le .

Ces aide-mémoire peuvent être utiles aussi bien aux organisateurs de concours qu'aux arbitres. Ils constituent un résumé rapide des éléments à prendre en considération lors de l'organisation d'un concours et / ou à vérifier par les arbitres.

Attention, certains éléments pourront être à réactualiser en fonction des modifications des règlements.
(dernière mise à jour : Octobre 2017, source : Ligue Arc Occitanie)

 

Nouveaux règlements 2011

le .

Résumé des modifications règlementaires 2011

En 2011, certaines disciplines ont subi des modifications règlementaires, au niveau des distances et des catégories notamment. Voici un résumé de ces modifications désormais en vigueur.

Distances Tir Fédéral et Fita : 2x36 flèches à la distance

Distances de tir pour les Tournois Nationaux Jeunes (TNJ) : Fita 4 distances

Distances de tir pour le championnat de France par équipes de clubs Jeunes

 

Distances de tir pour le championnat de France par équipes de ligues

Intégration du Double Mixte aux championnats de France scratch Arc classique, scratch Arc à poulies et Jeunes

Généralités:

  • Un double mixte est composé d’un homme et d’une femme.
  • Pour composer un double mixte, il faut être licencié dans le même club (règle des transferts appliquée).
  • Les deux archers doivent être qualifiés individuellement au championnat de France soit par les quotas attribués à leur catégorie, soit par leur appartenance à une équipe de club participant au Championnat de France par équipes de clubs.
  • A l’issue de la phase de qualification du championnat de France individuel, un classement est réalisé en prenant, pour un même club, le meilleur score homme du club et le meilleur score femme du même club.
  • Les 8 premiers doubles mixtes issus de ce classement sont qualifiés dans un tableau final à élimination directe.
  • Un seul double mixte par club peut participer au classement du Championnat de France double mixte.

 

Jeunes - Ce qui change en 2010

le .

Réglementation : Ce qui change pour les jeunes en 2010 Un certain nombre de changements sont intervenus en 2010 au niveau international :

  • Ages des catégories Cadets et Juniors;
  • Distance de tir pour les Cadets;
  • Introduction des matchs par sets;
  • .... 

La Fédération Française de Tir à l'Arc a volonté de mettre en place ces changements le plus rapidement possible dès leur validation par la FITA. La volonté de la FFTA est de proposer des situations proches du niveau d'exigence technique demandé pour réussir au plus haut niveau de pratique tout en proposant une progression respectueuse de l'intégrité physique des jeunes. Ces changements sont de deux types :

  • Catégories;
  • Distance de Tir

Catégories

En 2011 :

  • Si tu es né(e) en 2000 ou 1999 => tu es Bejamin(e).
  • Si tu es né(e) en 1998 ou 1997 => tu es Minime.
  • Si tu es né(e) en 1996, 1995 ou 1994 => tu es Cadet(te); Soit une année de plus par rapport au règlement jusqu'à Septembre 2010.
  • Si tu es né(e) en 1993, 1992 ou 1991 => tu es Junior; Soit deux années de plus par rapport au réglement jusqu'à Septembre 2010.

 

Distance de Tir

En France, les benjamins et minimes peuvent prendre part à des tirs FITA. Des adaptations de distances sont proposées afin de garantir la progression de chacun dans cette discipline. En effet, les règlements (distances de tir et tailles de blason) sont aujourd'hui tels que pour un niveau de précision comparable, le niveau de score diminue au décours des années. La progression naturelle due à l'augmentation des capacités physiques, à l'augmentation des habilités techniques et de l'expérience de chaque jeune ne se traduisent pas par une évolution positive de leurs performances.

Les meilleurs Benjamins réalisent des performances aux alentours de 650 Points de moyenne (12 premiers archers du classement national actuel). Ensuite, en minime, il n'y a plus que 3 jeunes qui sont capables de réaliser les mêmes performances. Enfin, il faut attendre la catégorie Sénior pour retrouver un nombre d'archers égal au même niveau de performance que les Benjamins.

Si la distance de tir pour les benjamins n'est pas changée, la réduction de la taille du blason demandera un effort plus important d'un point de vue technique pour obtenir des performances élevées.

Pour les minimes, le choix a été fait de passer à 40 mètres sur blason de 80cm afin de n'augmenter la distance que de 10 mètres (au lieu de 20) tout en gardant la même taille de blason. Même si les performances en minime 1ère année devraient être un peu plus faibles qu'en benjamin à 30 mètres, la différence devrait être comblée à partir de la 2ème année de minime.

Ensuite, en cadet, la distance de tir augmente de 20 mètres parallèlement à une augmentation de la taille du blason. Pendant 3 ans, les cadets tireront donc à 60 mètres avant de passer à 70 mètres en junior.

En ce qui concerne le Fédéral, les distances de tir ont été conservées mais la taille des blasons est modifiée pour les benjamins et minimes afin qu'une transition naturelle puisse se faire entre le Fédéral et le FITA.

Ansi, le parcours d'un jeune archer dans les disciplines extérieures (Fédéral et FITA) lui laisse le temps de progresser à son rythme (limitation de l'augmentation de puissance à chaque changement de catégorie) avec un score qui se stabilise ou progresse.

Ci-dessous le tableau récapitulatif des changement (distances et tailles blasons)

Organisation d'une séance d'entraînement

le .

Une séance d'entraînement est caractérisée par des incontournables universels, à réaliser par tous les archers quels que soient leur niveau et leur motivation. Ainsi, une séance d'entraînement en tir à l'arc s'organise-t-elle généralement en trois à quatre phases.

Phase 1

La phase d'échaffement,  général et spécifiquement et mentalement à la partie spécifique de l'entraînement et permet de limiter l'apparition éventuelle de blessures.

Phase 2

la partie spécifique de l'entraînement s'organise autour d'une répartition entre, d'une part, un volume (nombre de flèches tirées dans une séance) et, d'autre part, une intensité (relative notamment au niveau d'attention visuelle requis par la situation) :

  • Tir à l'élastique;
  • Tir sur paille;
  • Tir sur visuel;
  • Tir sur cible.

Cette partie spécifique de l'entraînement vise à l'amélioration des paramètres techniques, physiques et mentaux permettant l'accès à la performance.

Phase 3

la phase d'entraînement physique à pour but de permettre aux archers de maîtriser leur arc, quelque soit la situation. Elle représente environ 10% du volume horaire d'entraînement hebdomadaire et elle est organisée toutes les deux séances environ ou bien elle correspond à une séance à part entière suivant le niveau de compétence et la motiviation des archers. L'entraînement physique peut également être directement intégré dans la séance de tir.

Phase 4

 La phase d'étirements est nécessaire à la prévention des blessures et au maintien de l'amplitude articulaire au fil des années.

 

Sources : Extrait de "La démarche d'Enseignement Fédéral" Editions Amphora.

 

Lexique du Tir à l'Arc

le .

A

Alignement de la flèche (centre shot) :

L'alignement de la flèche sur l'arc assure une sortie de flèche dans l'alignement de la cible.

C'est un des premiers réglages que l'on fait sur un arc.

Voici une méthode simple pour vérifier et corriger cet alignement :

  • Poser un ruban adhésif sur chaque branche et repérer au crayon le milieu de chaque branche.
  • Positionner l'arc pour qu'il n'y ait aucune pression sur les branches (accroché par le stabilisateur central à une chaise ou une table). 
  • Encocher une flèche et se positionner derrière l'arc en alignant la corde avec les repères sur les rubans adhésifs. 
  • Vérifier la position de la flèche vis à vis de la corde.

 

La flèche doit déborder un peu de la corde (vers la gauche pour un droitier, vers la droite pour un gaucher), car, en lâchant la corde, les doigts impriment un mouvement d'oscillation à la flèche.

 

Le bouton pression est ajusté pour que la flèche ressorte de la valeur d'une demi à une largeur de tube.

 

Allonge (draw length) :

L'allonge représente, lorsque l'arc est en tension, la distance entre le fond de l'encoche de la flèche et l'emplacement du bouton berger. Il se mesure en cm ou en pouce.

L'allonge est directement liée à la morphologie de l'archer. Elle détermine la hauteur de son arc.

On dit que l'archer est en sous-allonge quand il ne développe pas son allonge normalement :

  • Parce qu'il ne va pas jusqu'à ses repères du visage, 
  • Parce qu'il penche la tête vers l'avant (voir posture), 
  • Parce qu'il plie son bras d'arc.

On dit qu'il est en surallonge quand il développe son allonge au-delà de ce qu'elle devrait être :

  • Parce qu'il rejette la tête vers l'arrière, 
  • Parce qu'il va au-delà de ses repères de visage. 

Généralement, l'archer se retrouve dans ce cas lorsque son clicker est positionné trop vers l'arrière.

 

Arc (bow) :

Arme constituée d'une pièce longue et mince en matière élastique, recourbée par une corde assujettie à ses deux extrémités et servant à propulser des flèches.

Terme utilisé pour désigner des objets ayant la forme de cette arme.

 

Arc classique (recurve bow) :

Les arcs recourbés ont été de tout temps les arcs les plus performants. Toutefois, les plus modernes ont des capacités en deçà des arcs à poulie.

  

Leur diversité est grande depuis les arcs de débutant en bois et fibre de verre, au arcs en alliages légers (magnésium, aluminium) et branches à fibres de carbone ou autre composite à haute performance.

Voir également : l'arc classique.

 

Arc à poulie (compound) :

Un arc à poulies (arc compound) est un arc qui utilise un effet de levier, généralement par des câbles et des poulies, pour tendre les branches. Les branches d'un arc à poulies sont généralement plus raides que celles d'un arc classique ou d'un arc droit. Grâce à cette rigidité, l'arc peut produire plus d'énergie que les autres arcs, mais les branches sont trop dures pour être armées par simple action directe sur la corde. La corde est attachée aux poulies (cames), l'une d'entre elles ou les deux étant reliées à l'autre branche par un câble. Quand la corde est tendue, elle fait tourner les poulies. Celles-ci tirent sur les câbles qui tendent les branches et stockent l'énergie. L'utilisation de l'effet de levier donne à l'arc à poulie sa courbe tension/allonge caractéristique, avec un pic d'effort, puis une décroissance (let off) à une puissance de maintien. 

              

 

Arc Nu (Bar bow)

L'arc nu est une discipline dérivée de l'arc olympique. Le matériel utilisé est en fait un arc olympique auquel les accessoires ont été retiré. Le tireur s'aide uniquement de la flèche pour effectuer sa visée.

L'arc nu est utilisé en Tir en Campagne ainsi que lors des Parcours Nature et du Tir 3D. Depuis le 01/09/2005, cette division d'arc est ouverte en Tir en Salle.

 

Arc long ou droit (Longbow)

Le longbow est par excellence l'arc droit, en IF, de section en forme de D, avec deux coches en corne pour y recevoir la corde chanvre, c'est un arc d'une longueur de 1.80 m a 2.00 m . 

Vous pourrez trouver chez votre archerie favorite des longbows et arcs recourbés , basés sur un même principe de lamellé collé de différentes essences de bois , ayant pour parement extérieur de la fibre de verre de couleur ou transparente suivant les modèles, plus un verni de finition .

La poignée peut être de différent type, droite ou anatomique. la poignée anatomique permet un placement plus régulier lors de la prise de l'arc .

Les branches peuvent comporter jusqu'a 6 lamelles de bois entre collées avec des colles époxy polymérisables, le plus courant est 4 lamelles, certains facteurs d'arc proposent 2 lamelles . La forme des branches peuvent être DEFLEX (type Howard Hill) si on veut garder une tradition, et sur des Longbows plus évolues la forme des branches est DEFLEX/REFLEX, ce qui engendre un gain de vitesse sensible, et plus si vous utilisez une corde en fast flight. Cela à permis de réaliser des longbows plus courts : de 58" a 64" pour 66" a 70" pour les premiers .

Les poupées peuvent être, suivant les facteurs, renforcées de bois durs souvent de la même essence que la poignée, ou de corne, ou bois de cerf .


B 

Band (brace height) :

Distance entre le creux de la poignée et la corde.

Le band est fonction du type d'arc, des branches et de la corde.

Voici des valeurs approximative de band en fonction de la hauteur de l'arc :

  • Arc de 70 pouces : 8,50 à 9,75 pouces / 21,5 à 25 cm
  • Arc de 68 pouces : 8,25 à 9,50 pouces / 21 à 24 cm
  • Arc de 66 pouces : 8,00 à 9,25 pouces / 20,5 à 23,5 cm
  • Arc de 64 pouces : 7,75 à 9,00 pouces / 19,5 à 23 cm

Le meilleur band est celui qui occasionne le moins de vibrations sur l'arc. On peut le régler (voir : ordre des réglages) au son que fait l'arc après une décoche. Si le bruit est fort (claquements), il y a de forte chance pour qu'il faille l'ajuster. On commence à le régler en mettant le band au minimum, puis on l'agrandit. Le bon band est atteint quand cela ne claque plus.

Un mauvais band nuit à l'efficacité de l'arc. On peut donc également le régler plus finement en observant la hauteur des flèches à une distance assez importante où on groupe habituellement bien les flèches.

 

Le viseur n'est pas réglé, mais il faut vérifier à chaque fois le détalonnage. Chaque impact peut être mesuré et reporté sur un graphique (voir ci-contre). Le meilleur réglage correspondra au point le plus haut.

 

Le band d'un arc est la distance entre le creux de la poignée et la corde, ou entre le milieu du Berger Button et la corde.

Il est proportionnel à la longueur de la corde.

Le band se mesure avec une équerre.

On adapte le band en vrillant plus ou moins la corde sur elle même (maximum une dizaine de tours).

 

 

 

Bander (draw) :

Action correspondant au montage de la corde sur l'arc et généralement à la mise sous tension de l'arc.

 

Bandoir - butoir :

Accessoire fixe qui permet de mettre en place la corde d'un arc.

 

Base de sustentation (stance) :

Une bonne position des pieds sur le sol sera une garantie de stabilité pour l'archer.

Les bases considérées les meilleures sont : les positions ouvertes et les pieds un peu plus écartés que la largeur du bassin.

 

Berger Button :

Le Berger Button est un appareil qui se visse dans la fenêtre d'arc juste au dessus du repose flèche et qui est destiné à améliorer le vol de la flèche au moment de sa propulsion, en diminuant le paradoxe de la flèche (déformation de la flèche au départ, effet de torsion). Le Berger Button permet:

  1. Le réglage en latéral permettant d'écarter la flèche de la fenêtre d'arc,
  2.  Le réglage en pression par le biais de sa tête qui peut être durcie plus ou moins en fonction de son réglage et permet une action sur le vol de la flèche.

  

REGLAGE
A distances variables (posséder au minimum 6 flèches identiques) Il devrait si possible s'effectuer en salle pour ne pas être influencé par le vent.

  1. Arc réglé au centre (corde milieu de branche, viseur sur corde, flèche dans l'alignement corde.
  2.  Placer sur une cible mousse un visuel à hauteur des yeux.
  3.  Marquer au sol des pas de tir de 5m à 30m tous les 5 m (arc puissant au delà de 30m)
  4.  Régler le viseur à la distance la plus proche,
  5.  Tirer une flèche à chaque distance. Ne pas modifier le réglage du viseur. Ne pas hésiter à doubler une flèche si l'on n'est pas sur.
  6.  Observer les impacts qui donneront une figure qu'il suffit d'analyser pour faire évoluer les réglages du berger button.
  7.  A chaque réglage recommencer une série, le réglage sera terminé lorsque tous les impacts formeront une ligne verticale.

 

Beursault :

Se pratique exclusivement dans un « Jeu d'arc » ou jardin d'arc dans une compagnie, qui se compose de deux buttes (cibles) opposées et distantes de cinquante mètres. Ces buttes s'appellent butte d'attaque et butte maîtresse. La surface entre les deux buttes est une allée centrale dénommée « l'allée du Roy ». De part et d'autre de l'allée centrale se situent deux allées de dégagements aussi appelées « allées des chevaliers ». La sécurité est assurée par des panneaux de bois de 4 m de hauts appelés « gardes » placés de part et d'autre et tout au long de l'allée du Roy. Les centres des blasons sont placés à un mètre du sol, ce qui correspondait à la faille dans l'armure des chevaliers.


Les tireurs sont regroupés par pelotons de 5 à 6 archers maximum. Au début du concours, chaque archer tire une flèche de la butte maîtresse vers la butte d'attaque. Ensuite il emprunte l'allée de dégagement pour rejoindre la butte d'attaque. Une fois tous les archers regroupés, ils comptabilisent leurs points.

Les archers comptent leurs points (1 flèche en cible = un « honneur » et le nombre de points correspondant en cible de 1 à 4), puis se retournent et tirent une flèche de la butte d'attaque vers la butte maîtresse. Le jeu s'arrête après 20 « haltes » (tirs), soit 40 flèches. La première flèche se tire "couvert", c'est-à-dire avec un couvre chef. Si la condition n'est pas respectée, le tireur est "mis à l'amende", il doit mettre de l'argent dans un tronc (environ 5€ de nos jours).

Cette discipline est surtout pratiquée dans le nord de la France, et revient dans le sud-est. Elle n'y est pratiquée que dans une compagnie.

 

Blason (face) :             

Support de papier renforcé sur lequel sont imprimées les zones de différents points.

Exemples : blason Fita, blason de tir campagne, blasons tri-spot, blason animalier pour le tir nature.

 

Bouton pression / bouton berger(berger button / cushion plunger) :

Accessoire servant à absorber une partie de la déformation d'une flèche qui vient d'être décochée. Par là-même, il sert à réduire l'effet du paradoxe.

Réglage (voir : ordre des réglages) du bouton pression :

  • On fait une marque à viser 10 à 20 cm en dessous du haut d'une cible. 
  • Puis, en gardant le viseur à un repère de courte distance. 
  • On tire une flèche aux distances suivantes : 5 m, 10 m, 15 m, 20 m, 25 m, 30 m, 35 m, ..., jusqu'à ce que les flèches arrivent en bas de la cible.

Référez-vous ensuite au diagramme ci-dessous :

 

Bracelet (arm guard / bracer) :

Accessoire en plastique ou en cuir servant à protéger l'avant-bras d'arc du frottement de la corde.    

  

 

Branche (limb) :

Parties élastiques de l'arc servant à propulser la flèche.

Il en existe trois type :

  • Laminées bois et fibre de verre,
  • Laminées bois et fibre de verre et couches de fibres de carbone,
  • Fibre de carbone et âme faite de mousses dures ou de céramique.

 

Bras d'arc (bow arm):

Bras tenant l'arc.

Ci-contre la figure A montre une position correcte du bras d'arc. Il n'y a pas de torsion de l'avant-bras ou du poignet et l'axe de l'arc se positionne naturellement en dehors du bras.

La figure B montre une position incorrecte le bras rentrant, l'axe de l'arc se prolongeant dans le bras. Cette position du bras favorise les meurtrissures au bras lorsque la corde est libérée. C'est un défaut plus courant chez les femmes que chez les hommes. Il faut donc contrer les rotations des os de l'avant-bras et de l'humérus en les réalignant comme sur la figure A.

 

Bras de corde (drawing arm):

Bras tirant sur la corde.

Après l'armement, la position du bras par rapport aux épaules et au bras d'arc est primordiale.  

Le coude du bras de corde ne doit ni être trop haut (alignement médiocre avec la flèche), ni être trop bas (alignement incorrect, les épaules sont peu sollicitées). La traction doit se faire par le dos et peut se visualiser par un rapprochement des homoplates. Les muscles du dos sont plus puissants et endurants que les muscles des bras ; ce sont donc eux qu'il faut veiller à faire le plus travailler.

 

Brin (strand) :

Ensemble de fibres formant les fils qui composent la corde.

Une corde en Dacron B66 comportera suivant les puissances d'arc :

  • 8 brins : 20 à 30 livres
  • 10 brins : 25 à 35 livres
  • 12 brins : 35 à 45 livres

 

Butte (butt) :

Elément de paille compressée ou liée, ou de mousse, mobile ou fixe sur lequel on fixe les blasons.

   

 


C 

Carquois (quiver) :

Accessoire servant à transporter ses flèches.

 

 

 

 

Cartes Beursault :

Support de papier cartonné sur lesquels sont imprimés les différents modèles de cibles utilisés pour la pratique du Tir dans un jeu de Beursault.

 

Centre de gravité (center of gravity) :

Le centre de gravité est le centre de masse d'un objet. C'est un point pivot, sur lequel un objet peut être mis en parfait équilibre.

Le centre de gravité de l'arc est un facteur important concernant sa stabilité. Il peut être déplacé par des stabilisateurs afin que l'arc ait un meilleur comportement lors de l'échappement de la flèche. C'est, en effet, autour de ce point que l'arc basculera quand il s'échappera vers l'avant sous l'effet du travail des branches lorsque la corde est libérée.

Un arc aura un comportement acceptable si son centre de gravité se situe dans une zone jusqu'à 20 cm en avant et en-dessous du grip.

On peut déterminer l'emplacement exact du centre de gravité de l'arc en deux étapes :

 

  1. Trouvez dans un premier temps la verticale sur laquelle se trouve le centre de gravité en suspendant l'arc par la corde au environ des points d'encochage.
  2. Trouvez ensuite une seconde verticale en suspendant l'arc au niveau du haut de la poignée.

 

Le centre de gravité se trouve à l'intersection des deux droites ainsi formées.

 

Cible (target) :

Visuel que l'archer vise.

Voir : blason.

 

Clicker :

Le Clicker est une lamelle métallique placée à l'extrémité extérieure de la fenêtre d'arc. Il informe l'archer qu'il a atteint son allonge et qu'il peut décocher sa flèche. Le Clicker est à utiliser lorsque l'on a une allonge régulière.


Le contact de la lame avec la flèche ne doit pas être trop rigide, son réglage en hauteur permet de ne pas appuyer sur la pointe de la flèche. Un mauvais réglage du clicker peut influer le vol de la flèche.

 

Corde (string) :

La corde d'un arc est devenue un élément très performant depuis l'émergence des fibres synthétiques formant les brins de la corde :

  • dacron : fibres polyester, à longue durée de vie mais lentes à cause de leur élasticité,
  • kevlar : fibres aramide, extrêmement résistantes mais qui se cisaillent facilement et ont donc une faible durée de vie,
  • fast flight : fibres polyéthylène, résistantes et à longue durée de vie, ces fibres ont supplanté l'utilisation du kevlar.

Propriétés comparatives :

  • Dacron B50 : force applicable par brin = 22,5 kg, allongement = 2,6 %
  • Kevlar 7-11 : force applicable par brin = 31,8 kg, allongement = 0,8 %
  • Fast flight : force applicable par brin = 45,5 kg, allongement = 1,0 %
  • Fast flight S4 : force applicable par brin = 73 kg, allongement = moins de 1 %

La longueur de la corde détermine directement la valeur du band.

Pour la description des différentes parties d'une corde, voir : l'arc classique.

 


D

Décoche (loose / release) :

Phase du tir pendant laquelle la corde est libérée et la flèche est tirée.

La décoche doit être considérée comme un relâchement des doigts.

Si les doigts sont ouverts en un geste délibéré (faisant intervenir les muscles extenseurs, antagonistes aux muscles fléchisseurs), ils ne s'ouvrent jamais assez rapidement, car la vitesse de réaction de l'archer est bien inférieure au départ de la corde. Donc les doigts vont gêner le passage de la corde et amplifier le paradoxe de la flèche.

Par contre, en ralâchant les muscles des doigts, la corde part en dégageant les doigts de son chemin sans que ceux-ci ne perturbent outre mesure la course de la corde.

 

Détalonnage (nocking point) :

Distance en millimètre du point d'encochage au point zéro.

Voir : l'arc classique.

Pour vérifier le détalonnage, on peut effectuer le test (voir : ordre des réglages) suivant :

 

Sur un visuel on tire des flèches sans plumes et des flèches avec plumes. Les flèches sans plumes sont censées continuer dans la direction où elles sont tirées sans que leur vol ne soit redressé par les plumes ; elles ont donc la capacité de montrer toute déviation par rapport à l'arc.

 

Ce test s'effectue à 15 m et permet de déplacer les points d'encochage en fonction du groupement des flèches avec et sans plume, comme le montre le dessin ci-contre.

 

Dioptie :

Pour ce qui est de la dioptrie, cela correspond au grossissement du scope. 
Une dioptrie de 0,5 correspond à un grossissement x4, une dioptrie de 0,75 est un grossissement x6, celle de 1 est un grossissement x8 et celle de 1,25 correspond à un grossissement X9 ou X10.

dioptrie

Exemple avec les visettes arc système : 

  • code de couleur : diamétre du trou
  •  nombre de trait : correction de la visette

les couleurs: 

  • rouge : 1.6 mm
  •  rose : 1.4 mm
  •  jaune : 1.2 mm
  •  blanc : 1 mm
  •  argent : 0.8 mm 


ensuite les trait :

  • un trait sans verre correctif donne juste le diamètre 
  •  un trait avec un verre correctif donne une correction de -1 
  •  deux traits avec un verre correctif donne une correction de -2 
  •  trois traits avec un verre correctif donne une correction de -3 

Jusque la pas trop compliqué mais a quoi cela sert. Si tu tire avec une loupe de grossissement 8 X (c'est un exemple) et que tu utilise une visette correctrice avec trois traits. Cela revient a tirer une loupe de grossissement 5 X avec une visette sans correction...

Doigts (fingers) :

Les doigts ne sont jamais positionnés au hasard.

Ceux de la main d'arc doivent être le plus relâchés possibles. Il ne doivent pas agripper la poignée sous peine de provoquer des mouvements involontaires sur l'arc lors de la décoche. S'ils n'aggrippent pas la poignée mais sont tout de même crispés, cela signifie que toute la main est crispée. Il peut en résulter les mêmes inconveinants que si la poignée est aggrippées.

Une dragonne de doigts peut induire une crispation dans les doigts. Il faudra éviter son utilisation si la maîtrise du relâchement des doigts n'est pas acquise. Dans ce cas, la dragonne de poignet est mieux indiquée.

Il y a un autre avantage, souvent non soupçonné, à relâcher ses doigts de la main d'arc : par symétrie, le corps tendra à appliquer la même décontraction sur les doigts de la main de corde ; il sera donc d'autant plus aisé de relâcher les doigts de la ma main de corde lors de la décoche de la flèche.

La position des doigts sur la corde peut varier d'un individu à l'autre. Dans tous les cas, il est fortement souhaitable que la corde soit bien calée dans le creux formé par la première phalange (voir : décoche).

Ci-dessus, on observe trois alignements différents doigts-poignet :

il sagit d'un alignement communément adopté où l'encoche de la flèche est dans l'alignement avec le poignet. Le doigt du milieu est très crocheté et l'annulaire a souvent peu de prise sur la corde. Il faut donc veiller (comme c'est le cas sur la photo 1) à avoir une bonne prise à force égale entre l'index et l'annulaire.cet alignement est loin d'être parfait car il passe par le majeur et non l'encoche. L'annulaire est là plus sollicité que l'index. Le remède est de rétablir l'équilibre des pressions de la corde sur les doigts comme en 1.cet alignement est le meilleur, la pression sur la corde étant également répartie sur l'index et l'annulaire.

 

Dragonne (sling) :

Accessoire permettant d'éviter que l'arc ne tombe de la main après l'échappement de la flèche.

                    Dragonne de poignet                                                          Dragonne de doigts

               

 


E

Empennage (fletching) :

Ensemble des plumes de la flèche.

 

Empenneuse (fletching jig) :

Outil servant à coller les plumes sur les fûts des flèches en les positionnant avec précision.

Modèle simple                                            Modèle multiple.

                        

 

Encoche (nock) :

Accessoire, en plastique sur les flèches modernes, mis à l'extrémité de la flèche et qui reçoit la corde.

 

 

 

 

 

 

 

Enferron :

Voir : pointe.

 

Equerre (bow-square) :

Accessoire servant à mesurer le band et le détalonnage de l'arc.

 

 

 


F

Facteur d'arc (bowyer) :

Artisan fabricant des arcs.

 

Fausse corde (stringer) :

Accessoire servant à bander l'arc pour monter la corde.

 

Fédéral :

Tir se pratiquant à l'extérieur aux distance de 50 et 30 m. Le blason à 50 m est une cible anglaise de diamètre 122 cm. Le blason à 30 m est une cible anglaise de diamètre 80 cm.

 

Feuille de marque (score card) :

Fiche servant à compter les points en compétition. Elle comprend le nom de l'archer et de son club, le numéro de licence de l'archer, sa catégorie et des tableaux pour marquer les points à chaque distance de la compétition. Cette feuille doit être signée pour que les scores soient validés.

 

FFTA :

Fédération Française de Tir à l'Arc.

 

Fenêtre de l'arc (window) :

Partie de la poignée de l'arc évidée dans laquelle sont fixés le repose flèche, le berger button et le clicker.

 

FITA :

Fédération Internationale de Tir à l'Arc. Le tir FITA est un tir aux distances Olympiques sur 72 flèches pour la nouvelle formule : 2 fois 70 mètres, sur 144 flèches selon l'ancienne formule : 4 distances (90 m, 70 m, 50 m et 30 m pour les hommes, 70 m, 60 m, 50 m et 30 m pour les femmes).

 

FITA salle :

Le tir FITA salle est un tir aux distances de salle sur 120 flèches.

 

Flèche (arrow) :

Projectile composé d'un fût, portant une pointe, une encoche et des plumes.

  

 

Flèche de progression :

Les flèches de progression servent à graduer les progrès d'un archer. Elles sont obtenues à l'issue d'un tir où un score plancher doit être fait. L'archer recevra un badge de métal à la couleur de la flèche qu'il vient de passer.

Flèches blanche, noire, bleu, rouge et jaune : L'archer doit réussir un score de 140 sur 180 en tirant 6 volées de 3 flèches sur un blason de 80 cm. Les distances de tir sont les suivantes :

  • blanche -> 10 m
  •  noire -> 15 m
  •  bleue -> 20 m
  •  Rouge -> 25 m
  •  Jaune -> 30 m
  •  Flèches bronze, argent et or : L'archer doit réussir le score de 310 sur 360 avec 36 flèches (6 volées de 6 flèches) aux distances de 30m (bronze), 50m (argent) et 70m (or) sur blason de 122 cm. 

Voir dossier flèche et plume de progression dans "Technique".

 

Fût (shaft) :

Tube ou baguette de bois formant le corps de la flèche.

Matériaux :

  • Fibre de verre : fûts lourds, à utiliser seulement pour l'entraînement.
  • Bois : utilisés principalement pour le tir à l'arc traditionnel.
  • Aluminium : plus lourds que les tubes carbone, ce sont les tubes les plus courants pour le tir en salle ; généralement, ils sont désignés par 4 chiffres représentant le diamètre et l'épaisseur du tube. Par exemple, 2013 désigne un tube d'un diamètre de 20/64 pouce (7,94 mm) et a une épaisseur de 13/1000 pouce (0,33 mm).
  • Carbone : ces tubes légers permettent un départ rapide de la flèche. Toutefois, leur choix peut être délicat en fonction du matériel que l'on utilise.
  • Carbone/aluminium : ces tubes sont composé d'un tube d'aluminium recouvert de fibre carbone. Ils peuvent avoir une forme cylindrique (ACC) ou bien, pour les plus performant, une forme parabolique (ACE, X10). Ces derniers sont caractérisés par leur "spine".

 


G

Grain :

Unité de masse valant : 0,0648 g.

Cette unité est utilisée pour indiquer le poids des pointes de flèches.

 

Grip :

Il s'agit de la partie de la poignée sur laquelle la main prend appui.

 


H

Hauteur d'arc (bow height) :

Distance, en pouces, d'une poupée à l'autre de l'arc.

Les hauteurs habituelles sont :

  • 70 pouces, 
  • 68 pouces, 
  • 66 pouces, 
  • 64 pouces. 

Ces valeurs correspondent à une poignée de hauteur standard. Elles sont inscrites sur la branche du bas de l'arc.


I

Insert (insert) :

Certaines pointes se vissent sur un insert collé dans le fût de la flèche. Des pointes de différentes masses peuvent y être vissées.

 


J

Jardin d'arc (field) :

Terrain aménagé pour la pratique du Tir à l'Arc.

 

Jeu d'arc :

Installation spéciale pour le tir Beursault.

 


L

Livre (pound) :

Unité anglaise utilisée pour mesurer la puissance d'un arc. Une livre (ou pound en anglais) correspond à 454 g. Les abréviations courantes pour désigner cette unité sont : lbs et #.

 


M

Main d'arc (bow hand) :

La main d'arc s'appuie sur la poignée de l'arc au niveau du grip.

L'appui dans le grip le plus souvent adopté, et certainement le meilleur, se fait sur la ligne passant par le Y entre pouce et index, formé au creux de la paume (voir ci-contre).

La pression de l'arc s'exerce à la base du muscle du pouce et en ligne directe avec le poignet. Les doigts doivent rester parfaitement relâchés.

Si l'archer utilise un grip de forme basse ou médiane, la décontraction complète de la main est possible. Si l'appui avec l'arc n'existait pas, la main devrait, idéalement, tomber mollement sans aucune contraction. Ceci permet d'influencer le moins possible sur la poignée : toute contraction peut engendrer un mouvement involontaire de la main ou du poignet et faire tourner la poignée de l'arc où lui donner des mouvements verticaux indésirables.

Si l'archer utilise un grip de forme haute, cela offre l'avantage d'avoir un alignement parfait entre la zone d'appui, le poignet et le bras d'arc. Toutefois, il faut de la force pour soutenir cette position sans fatiguer, le risque étant de laisser tomber le poignet, la fatigue se manifestant.

 

 

 

Main de corde (drawing hand) :

La main de corde tient par l'index, le majeur et l'annulaire la corde au niveau du creux de la dernière phalange.

Voir : bras de corde.

Pour le tir avec viseur la position des doigts est la suivante :

  • l'index se place au-dessus de l'encoche de la flèche,
  •  le majeur de place en-dessous de l'encoche, et
  •  l'annulaire vient se placer sous le majeur.

L'index et le majeur ne doivent pas appuyer sur l'encoche, sous peine de géner le départ de la flèche et de lui imprimer un mouvement d'oscillation non souhaitable ; seul un contact léger de l'index sur l'encoche peut être admis.

 


N

Nock set :

Voir : repères d'encoche

 


O

Oeil directeur :

L'oeil qui gouverne la vision. Généralement l'oeil directeur correspond à la main la plus habile. Il existe toutefois un test simple permettant de le déterminer avec exactitude.

 

Oeilleton (sight ring) :

Pièce se trouvant en bout du viseur et qui sert à pointer la cible.

Le grain d'orge est positionné au centre le la cible.

La fibre optique au milieu du tunel permet d'obtenir un point lumineux.

La longueur des fibres rigides est limitée à 2 cm par le règlement, mais certains archers utilisent des fibres souples qui peuvent être beaucoup plus longue, permettant d'obtenir un point encore plus lumineux.

La croix permet également un positionnement au coeur de la cible.

Le cerclage, par contre, permet à l'archer d'entourer visuellement les zones de points élevés.

C'est un bon moyen de visée car, instinctivement, on positionne un cercle concentriquement à un objet. Le tunnel de taille réduite est basé sur le même principe mais avec un cerclage beaucoup plus petit. Il existe des oeilletons à diaphragme qui permettent d'ajuster la taille du cerclage comme le souhaite l'archer.

 


P

Palette (tab) :

Accessoire de cuir servant à protéger les doigts de l'archer du frottement de la corde. La palette fournit également une zone de contact plus large.

 

 

Paradoxe (paradox) :

Réaction de la flèche lorsqu'elle est propulsée par la corde.

On parle de "paradoxe de l'archer", car malgré les oscillations de la flèche, elle atteint son but.

Ces oscillations sont dues au fait que la corde est déviée par les doigts lors du relâchement de ces derniers pour permettre le départ de la flèche.

Le rôle du bouton pression est de minimiser cet effet.

 

 

 

 

 

 

 

 

Peson (bow-scale) :

Appareil qui permet de mesurer la puissance d'un arc.

 

Plastron (chest-guard) :

Accessoire utilisé par l'archer pour éviter que la corde ne se prenne dans les vêtements au niveau de la poitrine.

 

 

Plume (vane / fletching) :

Les plumes servent à stabiliser le vol des flèches. Elle peuvent être naturelles ou synthétiques (plastique, millar), plate ou formant une incurvation.

 

 

 

Les plumes incurvées (type Sping Wing, Kurly Vane, ...) ne se choisissent pas au hasard. Voir ci-contre pour leur disposition selon si l'on est droitier ou gaucher.

 

 

 

Plume coq (cock/index feather/vane) :

Les plumes ne sont pas disposées au hasard sur le fût de la flèche.

Une des plumes, parfois d'une couleur différente des autres, est placée perpendiculairement à l'axe de l'encoche. Elle est appelée "plume coq". Deux autres plumes, appelées "plumes poules", sont disposées à 120 ° par rapport à la plume coq.

Cette disposition permet de ne pas gêner le passage de la flèche lorsqu'elle sort de la fenêtre de l'arc.

 

Poignée (riser / handle) :

Partie de l'arc portant les branches et tenue par la main d'arc.

Ci-contre, nous avons une poignée usinée, puis une poignée moulée, et une poignée en bois. Certaines poignées peuvent aussi être forgées. Certains arc d'initiation ont des poignées en plastique, d'autres, de haute technologie, sont des matériaux composites (fibres de carbone, fibres de kevlar et résine époxy).

 

 

 

 

Point d'encoche

La détermination du point d'encochage de la flèche sur la corde nécessite l'utilisation d'une équerre reposant légèrement sur le repose flèche:

  • Le Réglage moyen du repère bas se situe entre 6 et 9 mm voire 4 pour les flèches carbones,
  •  Le repère haut se déterminera en utilisant l'encoche d'une de ces flèches + un jeu afin d'éviter le pincement de l'encoche lors de la traction.,
  •  La détermination exacte de l'emplacement du point d'encochage fait l'objet d'un test (voir ci-dessous).

Pointe (point / nib / pile) :

Extrémité de la flèche pointu ou en forme d'ogive pour le tir sur cible. Sa masse se mesure en grain.

Aussi appelée enferron.

 

 

 

 

 

Posture (posture) :

La posture de l'archer est un élément important dans sa progression. Au plus tôt il acquiet une bonne posture, au mieux il progressera en tir à l'arc.

Un des risque majeur de dérive de la posture est son effondrement. Déséquilibré par le poids de l'arc et concentrant son effort vers l'arrière parcequ'il est difficile de bien baisser son épaule avec un arc puissant, l'archer s'effondre vers l'arrière (voir ci-dessous). Le haut du corps bascule donc vers l'arrière et l'archer doit compenser en ramenant la tête vers l'avant.

De ceci il résulte une perte d'efficacité (réduction de la distance oeil/doigts de corde) et une sous-allonge de l'archer.

 

 

 

 

Pouce (inch) :

Unité de longueur anglaise fréquemment utilisée en archerie. 1 pouce mesure 2,54 cm.

 

Poupée (bow tip / loop (for the string)) :

Bout arrondi de chaque branche de l'arc avec une forme en creux adaptée au passage de la corde et appelée gorge. Terme également utilisé pour désigner les boucles aux extrémités de la corde.

Voir : l'arc classique.

 

Puissance de l'arc (draw-weight) :

C'est la force développée par l'arc en unité de poids, la livre anglaise. La puissance marquée est écrite sur la branche du bas de l'arc et correspond à ou aux allonges écrites correspondantes. La puissance réelle correspond à la pesée de l'arc à l'allonge du tireur. Cette pesée est réalisée à l'aide d'un peson.

 


R

Réglage de l'arc (tuning) :

Le réglage de l'arc est une étape préliminaire à toute utilisation optimale de son matériel.

Il se fait dans un ordre qui est le suivant :

  • Le réglage du band,
  • Le réglage de l'alignement de la flèche,
  • Le réglage du détalonnage,
  • Le réglage en fonction de la rigidité des flèches,
  • Le réglage du tiller.

 

Repères au visage (anchor point) :

Lorsque l'archer a fini la traction de la corde, il prend des repères tactiles sur le visage en utilisant les contacts de la corde et de la palette. Ceci se traduit par un "ancrage" de la position de la main de corde.

Généralement les repères adoptés sont la corde en contact léger sur le nez et en contact ave le menton. La palette est en contact avec le maxillaire.

A - Repères : nez / milieu du menton                   B - Repères : nez / ancrage latéral sur le maxillaire

 

Repères d'encoche (nock set) :

Accessoires le plus souvent métalliques qui, par deux, sont fixés sur la corde pour délimiter l'emplacement où l'encoche (nock) de la flèche se positionnera. Certains archers n'utilisent qu'un seul repère d'encoche. Certains emploient du fil noué sur le tranche-fil de la corde ou un kit en plastique se fixant directement sur la corde.

 

Repose-flèche (arrow rest) :

Accessoire servant à supporter la flèche lorsqu'elle est encochée sur la corde.

Il existe deux types de repose flèche:

  • Plastique quel que soit le niveau du tireur (débutant ou confirmé),
  •  Métallique qui s'escamote au passage de la flèche (attention plus sensible aux erreurs)

Le repose flèche plastique intègre un écarteur, contrairement à un métallique qui nécessite de se doter du Berger Button.

Son installation sera horizontale à environ 1,5 à 2 cm au-dessus du plancher de la fenêtre d'arc afin de permettre un bon passage de l'empennage de la flèche.

Voir : l'arc classique.

 

Rigidité du tube (Spine) :

La rigidité du tube d'une flèche est une caractéristique importante de la flèche.

Si la rigidité des tubes n'est pas bonne, les flèches vont "marsouiner" exagérément.

Pour vérifier et compenser une rigidité non adaptée, on peut effectuer le réglage suivant (voir : ordre des réglages) :

On tire des flèches sans plumes et des flèches sans plume à la distance de 15 m. Suivant le résultat (voir ci-contre pour un archer DROITIER ; inverser les conclusions et les réglages pour un archer GAUCHER), on peut jouer sur différents facteurs :

  • Si les tubes sont trop SOUPLES : les flèches sans plumes arrivent à droite des autres ; on peut soit augmenter la pression du bouton berger, soit baisser la puissance de l'arc, soit diminuer la masse des pointes des flèches. On peut également compenser en augmentant le nombre de brins de la corde ou en diminuant le band de l'arc.
  • Si les tubes sont trop RIGIDES : les flèches sans plumes arrivent à gauche des autres ; on peut soit diminuer la pression du bouton berger, soit accroître la puissance de l'arc, soit augmenter la masse des pointes des flèches. On peut aussi compenser en diminuant le nombre de brins de la corde ou en augmentant le band de l'arc.
  • Si les flèches avec et sans plumes groupent bien, la rigidité des tubes est adaptée à l'arc.

La rigidité d'un tube carbone/aluminium parabolique est un facteur particulièrement important. Par exemple, un tube ACE 720 a un spine de 720 millième de pouce à 29 pouces de longueur. Cela correspond à la profondeur du creux du tube se pliant entre deux points situés à 29 pouces l'un de l'autre sous une charge de 2 livres en son centre.

 


S

Salut :

Annonce faite par un Archer avant le tir de sa 1ère Flèche, pour mettre en garde l'assistance et la saluer :

"Mesdames, Messieurs je vous Salue !" ou "Archers, je vous salue !" ou simplement "Salut !".

 

Spine :

Terme anglais exprimant le coefficient de rigidité du tube de la flèche.

Voir : rigidité du tube.

 

Stabilisateur (stabiliser) :

 

Accessoire servant à équilibrer l'arc dans les plans horizontaux et verticaux.

 

 

 

 

 

De fait, les stabilisateurs permettent à l'archer d'avoir une sensation d'équilibre en tenant leur arc qui facilite la phase de visée. Ils compensent la tendance de l'arc à revenir vers l'arrière lors de l'échappement de la flèche en reportant le centre de gravité de l'arc vers l'avant.

 

Ils accroissent également l'inertie de l'arc, réduisant les effets de torsions qui nuiraient au départ de la flèche et permettant une meilleure stabilité dans le vent en extérieur. Enfin, ils réduisent les vibrations de l'arc lorsqu'une flèche est tirée. On peut tester l'effet d'absorption des vibrations en tenant avec un contact léger l'arc à l'horizontale et en frappant sur la corde. Les branches doivent, idéalement, arrêter de vibrer très rapidement.

On peut ajouter des absorbeurs de vibration : élément caoutchouté portant des masse et vissé à l'avant d'un stabilisateur central, éléments de caoutchouc en forme de champignon collé sur les branches (attention cet accessoire diminue un peu l'énergie restituée par les branches), etc..

L'archer devra veiller à ne pas surcharger son arc d'accessoires de stabilisation, sous peine de ne plus parvenir à contrôler son arc (poids trop important à tenir).

 

Sur-allonge (draw length overdeveloped) :

Voir : allonge.

 

Sous-allonge (draw length underdeveloped) :

Voir : allonge.

 


T

Tiller :

Le tiller représente l'équilibre entre les branches de l'arc. La poignée et le grip n'étant pas symétriques, le tiller doit être ajusté. On peut le décomposer en deux :

  • Le tiller dynamique : il s'agit de la force appliquée sur la corde par les branches après la décoche. Il s'ajuste en jouant sur le détalonnage.
  • Le tiller statique : il s'agit de la force appliquée sur la corde par les branches pendant la traction de la corde. Il s'ajuste en modifiant l'angle des branches. Il se mesure en mm, ou en fractions de pouce, et correspond à la différence entre la distance talon de la branche du haut/corde et la distance talon de la branche du bas/corde, l'arc étant au repos. Habituellement, la branche du bas est 3 à 5 mm plus proche de la corde que la branche du haut.

Pour régler (voir : ordre des réglages) ce tiller, se placer à 15 m et tirer sur la corde en visant une cible. La traction doit être TRES LENTE jusqu'aux repères du visage. La main doit tirer directement vers les repères tactiles. Si le grain d'orge du viseur se déplace vers le haut, augmenter le tiller (augmenter la compression de la branche inférieure et diminuer la compression de la branche supérieure). Si le grain d'orge du viseur se déplace vers le bas, diminuer le tiller (diminuer la compression de la branche inférieure et augmenter la compression de la branche supérieure).

Voir aussi : l'arc classique.

 

Tir campagne (field archery) :

Tir pratiqué sur des blasons se trouvant à des distance connues ou inconnues sur un parcours balisé réalisé dans la nature.

    

 

Tube (shaft) :

Voir : fût.

 

Trait (sightmarks) :

Repère sur le viseur servant à positionner l'oeilleton en fonction de la distance à laquelle on tire.

Tranche-fil (serving) :

Fil entourant les brins de la corde et qui protège cette dernière à l'endroit où les doigts et la flèche se placent.

Voir : l'arc classique.

 

Tri spot :

Un tri spot ou blason tri spot est principalement utilisé en tir en salle. Chaque spot ne comporte que les zones de point de 10 à 6. Ils sont au nombre de trois disposés verticalement ou en triangle.

 

 

 


V

V-bar :

Stabilisateurs latéraux positionnés en "V".

 

Vibration (vibration) :

L'arc subit de nombreuses vibrations dues : aux branches, à la corde, à l'archer et à la poignée lorsque la corde est libérée.

Les branches non équilibrées provoquent une vibration asymétrique de l'arc. Il peut s'avérer nécessaire, dans ce cas de régler le tiller de l'arc.

La corde transmettra d'autant des vibrations que la décoche de l'archer manquera de souplesse. Pour minimiser au maximum cet effet (verticalement et horizontalement), l'archer doit relâcher ses doigts lors de la décoche pour laisser la corde s'échapper naturellement ; il ne doit pas arracher la corde ou forcer l'ouverture de ses doigts.

L'archer imprime également des vibrations de faible fréquence à l'arc pendant l'armement et la visée. Ces tremblements peuvent être dus à la difficulté de tendre la corde, le poids de l'arc, la fatigue mais également aux rythme internes de l'archer (respiration, tension musculaire, ...).

Les vibrations peuvent être réduites par l'ajout de stabilisateurs.

 

Ci-dessous une table peut permettre de guider l'archer sur le choix de son stabilisateur central en fonction des vibrations qu'il souhaite amoindrir.

Mouvement Fréquence Longueur de stabilisateur central
Tremblement de l'archer Basse Moyen/Long
Vibrations des branches Moyenne Moyen/Long
Vibrations après la décoche Elevée Court

 

Visée (aiming) :

Phase du tir pendant laquelle l'archer prend un repère visuel pour atteindre la cible.

 

Viseur (sight) :

Accessoire fixé à la poignée d'arc et permettant de viser.

Voir : l'arc classique.

 

Volée (end) :

Ensemble de flèches tirées sur une même cible. En compétition, une volée compte 3 flèches pour le tir en salle et le tir fédéral. En tir FITA extérieur, les volées comptent 6 flèches

 

Les formations fédérales

le .

La formation de cadre est une priorité fédérale. L'apprentissage et le perfectionnement dans les clubs reposent d'abord sur l'intervention des cadres bénévoles. Les types de formations proposées sont développés dans les paragraphes ci-dessous.

Les formations sont organisées dans les régions. En savoir plus sur www.ffta.fr  .

Initiateur de club

Objectifs :

  • Permettre aux candidats de prendre en charge le débutant dès son arrivée au club, lui apprendre à tirer en autonomie par la compréhension des capacités à mettre en oeuvre pour tirer à toutes les distances adaptées à l'initiation.

Durée :

  • 40 heures au minimum sur une semaine bloquée ou sur 3 week-end; Un examen sanctionne cette formation.

Condition d'accès :

A la formation :

  • Etre licencié à le FFTA depuis 2 ans révolus (3ème année de licence).

A l'examen :

  • Avoir 16 ans à la date de l'examen;
  • Justifier d'un vécu et d'une implication dans le milieu fédéral au travers de la participation à au moins une compétition de parcours et une compétition sur cible anglaise inscrites au calendrier de la FFTA;
  • Réaliser au moins 160 points au test technique;
  • Justifier d'une participation à la formation.

Examen :

  • Une épreuve de pédagogie pratique de 30 minutes avec un groupe de débutants (5 à 10 personnes) sur un thème tiré au sort, suivie d'un entretien (Coef. 2);
  • Une épreuve écrite de 1h30 permettant d'évaluer les connaissances institutionnelles, pédagogiques et réglementaires liées à sa qualification (2 questions ouvertes et 10 QCM) - (Coef. 1).
  • Une épreuve didactique (orale) ou le candidat expose pendant 10 minutes, le cycle d'initiation qu'il a mis en place auprès de ses archers. Cette présentation est suivie d'un entretien de 15 minutes avec le jury (Coef. 1).

L'initiateur de club doit se recycler tous les 4 ans.

Entraîneur de club

Objectifs :

  • Permettre aux candidats d'entraîner des archers dans le but d'atteindre les objectifs compétitifs d'une première saison de compétition et de les faire progresser dans l'établissement de leur première stratégie de tir.

Durée :

  • 40 heures au minimum sur une semaine bloquée ou sur 3 week-end; Un examen sanctionne cette formation.

Condition d'accès :

A la formation :

  • Etre licencié à le FFTA depuis 2 ans révolus (3ème année de licence).

A l'examen :

  • Avoir 18 ans à la date de l'examen;
  • Justifier d'un vécu et d'une implication dans le milieu fédéral au travers de la participation à au moins une compétition de parcours et une compétition sur cible anglaise inscrites au calendrier de la FFTA;
  • Réaliser au moins 160 points au test technique;
  • Justifier d'une participation à la formation.

Examen :

  • Une épreuve pratique justifiant d'un score en compétition inscrite au calendrier de la FFTA (2x70m, 2x50m, salle, campagne, nature) permettant d'attribuer la note pratique (Coef. 1).
  • Une épreuve de pédagogie pratique de 30 minutes avec ses archers lors d'une compétition ou un groupe de tireurs (5 maxi.) sur un thème tiré au sort, suivie d'un entretien (Coef. 2);
  • Une épreuve écrite de 1h30 permettant d'évaluer les connaissances institutionnelles, pédagogiques et réglementaires liées à sa qualification (2 questions ouvertes et 10 QCM) - (Coef. 1).
  • Une épreuve didactique (orale) ou le candidat expose pendant 10 minutes, le cycle d'entraînement qu'il veut mettre en place auprès de ses archers. Cette présentation est suivie d'un entretien de 15 minutes avec le jury (Coef. 1).

L'entraîneur de club doit se recycler tous les 4 ans.

Animateur d'été

Objectifs :

  • Permettre aux candidats d'animer des cycles de découverte du tir à l'arc répondants aux différentes motivations des vacanciers ou développant des valeurs socio-éducatives.

Durée :

  • 80 heures au minimum. Un examen sanctionne cette formation.

Allègements jusqu'à 40 heures pour les candidats :

  • Titulaires d'un niveau IV ou du diplôme d'initiateur;
  • Justifiant d'une expérience professionnelle dans le tir à l'arc;
  • Avoir réalisé un niveau de performance.

Condition d'accès à la formation et à l'examen :

  • Etre licencié à le FFTA;
  • Avoir 18 ans à la date de l'examen.

Examen :

  • Une épreuve de pédagogie pratique de 30 minutes avec un groupe de débutant (5 à 10 personnes) sur un thème tiré au sort, suivie d'un entretien (Coef. 2);
  • Une épreuve écrite de 1h30 permettant d'évaluer les connaissances institutionnelles et réglementaires liées à sa fonction d'animateur (1 à 5 questions ouvertes) - (Coef. 1).
  • Une épreuve didactique (orale) ou le candidat expose pendant 10 minutes, les "produits" qu'il veut mettre en place auprès de sa future clientèle. Cette présentation est suivie d'un entretien de 15 minutes avec le jury (Coef. 1).

Une épreuve technique pour évaluer le degré de maîtrise et de compréhension de l'activité : 12 volées de 3 flèches tirées entre 10 et 25 mètres sur blason de 80mm et sur des problématiques de tirs différents (Coef. 1).

Plumes/Flèches de progression

le .

Les plumes et flèches de progression matérialisent le niveau atteint par l'archer. La Compagnie d'Archers de Muret offre les épinglettes de progression à ses archers qui ont réussi le passage de plume ou flèche correspondant.

Le passage se déroule sous le contrôle d’un formateur du club ou du président. 

Les plumes de progression

Elles sont destinées aux jeunes de la catégorie "Poussin" (moins de 10 ans) ayant une faible puissance d'arc (14-18 livres).

Le tir s'effectue sur blason de 80 cm retourné et évidé jusqu’au 7 inclus (zone évidée 32 cm de diamètre correspondant au Jaune et Rouge). Après 1 volée d’essai de 2 flèches, l'archer comptabilise les points obtenus :

  • 4 volets de 2 flèches à 6 ou 8 m (8 flèches)
  • 6 volets de 2 flèches à 10, 12 ou 14 m (12 flèches).

Décompte des points : Zone évidée 5 pts - zone blanche 3 pts - paille 0 pts

 

Les flèches de progression (à courtes distances) 

Le tir s'effectue sur blason de 80 cm. Après 2 volées d’essai, l'archer comptabilise les points obtenus sur 6 volées de 3 flèches (18 flèches comptées). Le tir à 10 m peut s'effectuer à l'apache.


 

Les flèches de progression (à longues distances)

Le tir s'effectue sur blason de 122 cm, et sur une seule distance depuis le 01.01.2006.
Après 2 volées d’essai, l'archer comptabilise les points obtenus sur 6 volées de 6 flèches, ou bien 12 volées de 3 flèches. Soit 36 flèches comptées.
Le score plancher à réaliser est de 310 points sur les 360 possibles, quelle que soit la distance ou l'arme. Il sera donc très difficile dorénavant d'obtenir sa flèche d'or pour un archer classique !